jeudi, novembre 21, 2019
Vie de famille

24h avec mes enfants malades

Petit voyage dans l’une de ces journées, où l’on garde ses enfants malades :

23h30 : Nous allons nous coucher, Mr Papaye et moi, pas assez tôt mais on ne sait pas encore ce qui nous attend…
1h45 :  Goyave pleure. Mr papaye se lève pour lui faire un câlin et elle se rendort. En revenant, il me dit qu’il la trouve un peu chaude.
2h38 : « Maman, pipiiii ». Je l’accompagne aux toilettes et la recouche. Elle est effectivement un peu chaude mais elle se rendort vite. Je ne cherche pas plus loin et je retourne me coucher.
3h24:  « Maman…… ». Ah oui, elle est vraiment brûlante, en fait ! Cette fois, on dégaine le sirop rose et je lui caresse le dos un moment avant qu’elle ne se rendorme. Puis on débat 2 min de qui pourra la garder pour la journée. Dommage, c’était la sortie scolaire de l’année…
3h56 : Elle pleure de nouveau. Direction notre lit. Elle dort et grogne par intermittence mais au moins, on se repose tous un peu.
5h25: J’entends Kiwi tousser dans son lit, comme « un chien qui aboie ». Tiens, voilà la laryngite qui s’en mêle.
5h42, 5h56, 6h03, 6h15, 6h24 : Kiwi « aboie ».
6h45 : Le réveil de Mr Papaye sonne. Il se lève et va prendre son petit déjeuner.
7h15 : Réveil de Kiwi. Je me lève et constate qu’il a un peu de fièvre et de la morve partout. Miam.
7h30 : Mr Papaye propose de les garder pour la matinée et moi l’après midi. Pour une fois, je n’ai pas trop d’obligations professionnelles aujourd’hui et lui a plein de boulot. Donc je décide de le laisser aller bosser et de prendre toute ma journée pour les garder tous les 2.
8h : Goyave se réveille, toujours aussi brûlante. Et, fait exceptionnel, elle ne réclame pas son biberon et ne veut pas sortir du lit. Par contre, elle veut que reste avec elle et que je lui gratte le dos.
8h15 : J’appelle mon travail, la maîtresse et la nounou pour avertir tout le monde. Pendant ce temps, Kiwi roule son chariot à toute vitesse dans le salon et Goyave pleure que je ne dois pas la laisser toute seule. La maîtresse dit que c’est dommage. Je trouve aussi: le pique-nique était prêt dans le frigo en prévision de la sortie.
8h30 : Elle se rendort pour une petite demi-heure. Et j’en profite pour avaler mon petit-déjeuner. Pendant ce temps, Kiwi, qui a bu son biberon, commence à montrer des signes de faiblesse. Petits jeux et câlins pour le réconforter.
9h10 : Je recouche mon Kiwi, déjà fatigué et Goyave se réveille de nouveau. On rejoint le canapé où l’on s’échoue toutes les deux. Elle ne veut rien manger. Elle reste allongée pendant une bonne heure et n’arrête pas de parler et de chanter des trucs bizarres. Je crois qu’elle délire un peu.

10h15 : Goyave réclame son « médicament » et j’en profite pour lui prendre sa température. 39.7°, ça ne m’étonne pas, tiens ! Je crois que l’effet placebo ou le goût trop sucré lui font du bien, elle réclame un biberon 5 min après. Bon, elle ne boit que 60 mL mais c’est déjà ça de pris.
10h30 : Réveil de Kiwi, qui a continué d’aboyer pendant sa sieste. Je décide de partir faire une petite balade pour prendre le soleil. J’ai besoin de m’oxygéner un peu. Bien évidemment, hors de question de faire marcher celle qui est retournée comater dans le canapé entre temps. Je l’installe donc dans la poussette. Je fais marcher Kiwi une centaine de mètres puis l’installe sur mon dos dans le porte bébé.
11h15 : Cette petite balade les a un peu requinqué, ils jouent presque normalement pendant 20 minutes.
11h50 : Comme Goyave rate la sortie scolaire, je propose qu’on fasse un pique nique tous les 3 à la maison. Elle montre un petit peu d’enthousiasme alors je lui demande où elle veut s’installer : par terre, dans la véranda.
12h05 : Pique-nique ! Goyave a mangé 3 tomates cerises et 2 chips puis déclare qu’elle est fatiguée. Elle part chercher son petit fauteuil pour revenir s’installer près de nous et nous regarder. Kiwi, lui, a gardé son légendaire appétit et apprécie mon pique-nique improvisé.
13h : C’est l’heure de la sieste. Kiwi s’endort rapidement. Pour Goyave, c’est une autre histoire, elle réclame son papa et les bras de celui ci. Elle pleure et impossible de la calmer. Elle ne veut que son papa. Elle dort 20 min puis se réveille et re-belote « papa, mon papa ».
13h45 : Elle est archi brûlante et n’arrête pas de pleurer. Je redonne une dose de sirop rose, un peu rapprochée mais on essaiera de tenir plus longtemps la prochaine fois. (NDLR : En théorie, 6 heures entre 2 prises pour le paracétamol. Le minimum est de 4h entre 2 prises. Et maximum, 4 doses par tranche de 24h.)
Finalement, elle dort 3 plages de 20 à 30 min et pleure entre chaque en appelant son papa. J’arrive à voler une dizaine de minutes de sommeil dans ce chaos.
15h : Kiwi se réveille et il semble en forme. On joue tranquillement en attendant Goyave.
15h30 : Goyave se réveille de nouveau et veut que je reste avec elle dans le lit pour lui caresser le dos. Par contre, elle ne veut pas que Kiwi reste dans la pièce. Évidement, ce dernier n’a qu’une envie être avec nous. Alors, j’alterne les allers-retours entre le salon et la chambre avec Goyave qui râle à chaque fois que je la laisse seule mais qui ne veut pas non plus venir avec moi.
16h15 : Pause goûter puis je les emmène dans le jardin. Kiwi joue sur la terrasse et fait du vélo. Goyave veut aller dans le porte bébé car elle est « trop fatiguée » me dit-elle.
17h : Goyave a un petit sursaut d’énergie et descend du porte-bébé pour jouer avec son frère puis aller voir les poules. Le meilleur moment de cette journée, les regarder au soleil tous les deux.

17h40 : Nouvelle crise de manque de papa. Et pas de bol, il va rentrer plus tard que d’habitude.
18h10 : « Papa, papa, je veux mon papa ». Je n’arrête pas de lui promettre qu’il va bientôt arriver mais je commence à trouver le temps long et elle aussi. Kiwi se joint au concerto des pleurs. Le poids de la journée commence à lui peser aussi. Je n’ai plus trop d’imagination pour les distraire alors je raccompagne Goyave au lit et miracle elle se rendort. Pour 20 minutes.
19h : Je commence à les faire dîner. Goyave grignote du bout des lèvres et appelle toujours son papa. Kiwi mange mais avec moins d’appétit que d’habitude.
19h20 : « Notre sauveur » arrive enfin! Il nous rejoint à table et Goyave ne veut plus le lâcher. Elle a mis ses lunettes de soleil car elle a trop mal aux yeux. Ça lui donne un petit côté diva qui nous faut rire.
19h45 : Mr Papaye se charge du coucher. Une petite dose de paracétamol, un livre et des bisous.
20h : Les deux dorment, de l’exceptionnel chez nous à cette heure là. La soirée est à nous. Ou pas. Un peu fatigués de cette nuit passée et de la journée, on papote un peu mais on ne va pas traîner à aller se coucher aussi.
21h15: Premier réveil de Goyave. Tentative de rendormissement dans son lit mais nouveau réveil après 20 min. On n’attend pas et on décide de l’installer dans notre chambre.
21h45 : Tout le monde dort, pas un bruit dans la maison….
……. Nuit calme !!
7h45 : Réveil de Goyave, comme si de rien n’était. Elle demande son biberon et si elle va prendre le car pour la sortie. La journée se passe comme si la veille n’avait pas existé. Plus de fièvre et pas de souvenirs non plus de sa journée précédente. Kiwi, lui, a gardé sa laryngite et un peu de fièvre mais sans perdre son sourire.
Ce n’était que 24 h mais intenses !
Rendez-vous sur Hellocoton !

5 thoughts on “24h avec mes enfants malades

  1. Et ben… Quelle journée!
    La perte de patience de fin de journée, la plus dure à contenir. Mais quelle fierté quand tout le monde reste calme😊
    Chapeau Dr Mamangue pour cette journée où malgré les maladies, ils ont eu de bons moments.

Laisser un commentaire

Back To Top