vendredi, décembre 04, 2020
Panorama : les moments du mois Vie de famille

Panorama : Mai 2020

Le mois de mai est un mois que j’aime beaucoup.

Tout d’abord, dans la famille fruitée, on y fête deux anniversaires : celui de ma Goyave d’abord puis celui de Mr Papaye.

Et puis c’est souvent un mois ensoleillé, on y retrouve les copains autour du barbecue et les longs repas de famille se font en extérieur.

Cette année, Mai, c’est aussi le mois du déconfinement et de la reprise d’un semblant de vie « normale » pour bon nombre de français.

Chez nous, il y a plein de souvenirs que j’ai envie de conserver de ce mois de mai :

4 ans pour ma Goyave !

4 ans que je suis la maman de ce petit rayon de soleil, j’ai du mal à y croire mais le bruit ambiant me rappelle qu’il y en a déjà eu deux autres derrière !

Et un confiniversaire juste tous les cinq, que je n’ai pas encore eu le temps de vous raconter.

Avec un gâteau vache de toute beauté, réalisé par notre duo mère-fille.

Elle en a profité pour arrêter les biberons le matin, sur demande insistante de sa maman mais de son plein gré !

Elle passe son temps à écrire. Des lettres à la suite des autres sans que ça ne veuille rien dire mais elle est fière. Nous aussi.

99 cm et à peine 14 kg, elle reste dans la courbe des petits gabarits.

D’ailleurs, Kiwi vient de la rattraper en pointure.

Et 35 ans pour mon Mr Papaye !

Né un 11 mai, on n’a jamais entendu autant parler de cette date.

Une jolie soirée d’anniversaire tous les cinq, au départ.

Qui s’est fini aux urgences avec les premiers points de suture de Goyave. Un menton ouvert suite à une danse un peu trop enjouée et deux passages au CHU pour quatre points au total. Et une cicatrice qui va sûrement restée marquée longtemps.

Nous avions prévu une nuit dans une cabane perchée dans les arbres pour fêter leurs deux anniversaires. Séjour reporté début juillet.

Les progrès de Bébé Litchi et de Petit Kiwi

Bébé Litchi rampe partout maintenant et commence à s’intéresser aux prises électriques et aux cale-portes. Il demande donc un peu plus de surveillance !

Il commence à tester le cheval à bascule et cela me rappelle les deux autres au même âge.

Il tient également assis, ce qui lui permet d’être systématiquement à table avec nous lors des repas.

Il mange de plus en plus solide, pratiquement que des morceaux à la maison et plutôt des purées à la MAM. Et cela semble bien lui convenir comme ça.

Sa première dent est enfin sortie après quelques nuits de nouveau difficiles.

Kiwi est sur le chemin de la continence. Il ne veut plus de couches à la maison en journée et court faire pipi dehors dès qu’il a envie.

Il parle de plus en plus, fait des phrases et nous observons ces progrès de jour en jour. Il reste parfois difficilement compréhensible par les personnes extérieures mais j’ai bon espoir pour sa rentrée à l’école en septembre. Même si je lui fais confiance pour avancer à son rythme, la médecin en moi ne peut s’empêcher de le trouver un peu plus « lent » que la moyenne à ce niveau.

Il adore sa soeur, la cherche tout le temps si elle n’est plus dans son champ de vision, l’imite pour tout et lui pique même ses affaires.

Le déconfinement et le retour de certains plaisirs oubliés

La reprise du travail pour Mr Papaye, de l’école pour Goyave et de la MAM pour les garçons.

Retrouver (enfin) les réunions familiales avec les papy mamies et les tontons tatas, les apéro qui durent et les parties de Molky.

La première soirée avec des copains et se (re)coucher à trois heures du mat’. Et le payer cher les jours d’après #onaplus20ans.

Reprendre les goûters avec ma copine-voisine ou chez nos copains-futurs voisins.

La reprise de nos randos familiales avec deux belles balades ce mois ci, 6 et 7 km. Les deux grands marchent vraiment bien et nous les portons super bien quand ils sont fatigués !

Les pique nique qui vont avec les rando mais aussi ceux improvisés près de l’école pour faire une surprise à Goyave.

Le soleil, ses petits bonheurs et ses conséquences parfois inattendues

Sortir la roulotte des enfants dans le jardin et les voir passer leur temps à s’inventer des histoires tous les deux.

Recevoir fraises et cerises et me remettre aux confitures.

Initier les enfants aux joies du potager et nous rendre compte encore une fois comme ils apprennent vite.

Nos enfants se sont baladés tout nu, sept jours sur sept. Enfin, ils s’habillaient pour les obligations scolaires et MAM, quand même !

Leur apprendre à se crémer et à penser à leurs chapeaux et du coup, les voir y penser aussi pour leur petit frère.

Les premières baignades dans le mini-jacuzzi chez papy et mamie.

Un mois un peu plus cool au boulot

Un seul remplacement prévu en mai m’a permis de retrouver mon rythme de trois jours par semaines.

Bon, ce sont rajoutés quand même quelques demi journées par ci par là pour la permanence de soins Covid. Et une journée pour soutenir une collègue malade.

Et encore un record battu en rentrant un soir à 21h45 après avoir passé près d’une heure au téléphone avec une maman inquiète pour l’avenir de son petit garçon, probablement hyperactif et TSA.

Mais c’était toujours plus facile qu’en avril.

Apprendre encore des grossesses chez mes collègues. Et donc de nouvelles propositions de remplacement.

Et ouvrir d’autres discussions pour de nouvelles perspectives pour mon avenir professionnel.

Joli mois de Juin chez vous !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 thoughts on “Panorama : Mai 2020

  1. Un article qui fait du bien à lire. Ta petite Goyave a exactement (au centimètre et au kilo près) le gabarit de ma Tornade, qui a six mois de moins. Concernant l’acquisition de la parole chez ton petit Kiwi, je ne sais pas si mon regard est objectif, mais j’ai l’impression que les garçons sont plus lents que les filles à parler, as-tu constaté la même chose?Ici aussi c’est avec soulagement que nous avons repris les promenades, revu la famille, en revanche le Molky était notre compagnon de confinement, c’était même le rituel quotidien! De fait, on le boude un peu maintenant…

    1. Complètement d’accord, de manière générale, les petits garçons sont plus lents que les filles pour l’évolution du langage.

Laisser un commentaire

Back To Top