jeudi, février 27, 2020
Kiwi

Petit Kiwi a 2 ans

En ce mois de décembre, mon Kiwi fête ses deux ans. Évidemment, j’ai envie de dire « déjà??? », comme tous les parents.

Alors comme ce blog est ma boîte à souvenirs, je lui laisse ici quelques mots de cette jolie période.

Un petit garçon qui se dessine

Kiwi, tu es encore mon grand bébé avec tes joues à bisous et ton langage limité. Tu es ce petit bonhomme heureux que j’aime tant serrer contre moi. Tu as un sourire malicieux et un rire qui résonne. Tu gardes ton côté charmeur, surtout avec les vieilles dames. Tu es très affectueux et sociable. Tu vas facilement vers les gens que tu ne connais pas et distribues bisous et câlins à tout le monde.

Mais on voit aussi que tu grandis.

Ton caractère s’affirme. Tu nous dis « non » quand tu n’es pas d’accord et quand tu es d’accord aussi, d’ailleurs. Enfin, moins depuis quelques semaines.

Tu deviens un partenaire de jeux idéal pour ta soeur. Vous jouez beaucoup au papa et à la maman. Les jeux d’imitation ont ta préférence en ce moment et tu peux me servir le petit déjeuner avec ta dînette pendant des heures.

Tu gardes ta passion pour les ballons que tu appelles encore « baba ».

Tu aimes que l’on te lise des livres et comme tous les enfants de ton âge, tu n’as pas peur de la répétition. Tu peux me faire relire le même Balthazar dix fois sans te lasser.

Tes cheveux ont poussé et blondi, même qu’on te surnomme le petit suédois.

Tu gardes ton appétit d’ogre mais dernièrement, avec tous les virus, on t’a vu bouder tes repas pour la première fois.

Tu as toujours un bon sommeil et ça c’est vraiment chouette. Tu es passé dans ton lit au sol, un joli tipi construit par papa et papy.

Tu n’as plus de tétine depuis le mois de septembre. Un jour, où elle était restée à la MAM, nous avons décidé de ne pas sortir le doublon et de tester sans. Nous t’avons expliqué et tu t’es couché sans la réclamer. Transition easy. Tu n’en as plus jamais parlé et tu t’endors toujours sans difficulté.

Tu t’es cassé un morceau de dent et, parents indignes que nous sommes, je ne sais pas comment c’est arrivé. Je m’en suis rendu compte sur cette photo que tu as prise tout seul !

Tu marches de mieux en mieux mais tu aimes encore profiter de la poussette ou de nos bras en balade. Le porte bébé, tu l’apprécies surtout quand tu es malade. Dans ce cas là, tu me dis « Dodo dos maman ». Et je comprends que je dois te faire grimper dans mon dos pour que tu t’endormes contre moi.

Tu parles encore peu. Tu fais des petites phrases sans verbes. Tu utilises le même mot pour plusieurs choses comme « lolo » qui veut à la fois dire « de l’eau » et « chevaux ». Tu n’as pas de mot pour parler de toi, de ton frère et de ta soeur. J’attends ceux là avec impatience.

Tu pèses 12,5 kg et c’est le même poids que ta soeur. Vous pouvez même échanger vos vêtements. Tu nages un peu dans le trois ans et elle rentre encore dedans.

Petit frère de Goyave et grand frère de Litchi

Mon enfant du milieu, mon premier garçon. J’ai toujours, au fond de moi, une petite appréhension quant à cette place du milieu. J’espère qu’elle ne sera pas trop difficile pour toi. Pour l’instant, tu l’occupes parfaitement. Alors, continues comme ça.

Tu as une grande soeur formidable qui t’adore. Elle a toujours une pensée pour toi quand tu n’es pas là. Te garder des chouquettes ou t’attendre pour lire le nouveau livre, par exemple.
Mais ça a toujours été, elle, le chef, alors tu as plutôt intérêt à suivre ses directives sinon elle râle. Tu commences doucement à t’affirmer et à ne plus faire tout ce qu’elle veut. Et ma foi, elle s’adapte ta grande soeur. Le soir, vous commencez à mettre le bazar tous les deux. Mais bientôt elle aura sa chambre et c’est Litchi qui te rejoindra.

Tu es devenu grand frère à 21 mois. C’est si jeune pour déjà laisser un peu de ta place de bébé. Et pourtant, comme ta soeur avant toi, tout se fait naturellement. Je suis bluffée par votre capacité à accueillir un nouveau petit être à la maison, comme si c’était ce qu’il y a de plus normal au monde. Tu es un grand frère attentionné et tu câlines énormément Litchi. Tous les jours, il a sa dose de bisous. Tu demandes à le prendre dans tes bras ou sur tes genoux. Tu le serres fort contre toi. Tu lui apportes sa tétine, dont il ne veut jamais, mais tu ne te lasses pas. Tu rigoles quand tu le vois te sourire. Tu t’allonges près de lui sur le tapis pour lui tenir compagnie et il adore ça.

Ta place à la MAM et bientôt l’école

Tu continues à aller à la MAM deux fois par semaine puis en janvier tu y retourneras quatre jours. Tes nounous disent de toi que tu es un petit garçon charmant et très attachant, toujours le sourire aux lèvres. Cette description, fidèle à ce qu’on voit de toi à la maison, me confirme que tu est bien là bas.

Tu t’épanouis auprès de tes copains. Tu multiplies les découvertes. Tu bricoles. Tu cuisines. Tu vas en balade.

Tu accompagnes ta soeur à l’école deux fois par semaine et je vois apparaître ta curiosité envers cet endroit où elle reste sans nous. Alors, nous envisagerons pour toi, comme nous l’avions fait pour elle, une rentrée en cours d’année, quand tu seras prêt.

Un anniversaire « raté »

Ta journée d’anniversaire a été très difficile. Tu étais malade et n’a que peu quitté mes genoux ou le porte bébé. Nous avons cuisiné des muffins aux pépites de chocolat, tous les deux, le matin. Le midi, Goyave a insisté pour que tu souffles une première fois tes bougies, sans attendre papa. Tu as vu arriver le muffin avec un grand sourire et ton petit nez morveux. Nous t’avons chanté « joyeux anniversaire » toutes les deux. Tu as soufflé comme un grand puis de nouveau avec ta sœur. Nous avons recommencé quatre fois. Mais tu n’as mangé qu’une bouchée de ton gâteau, toi qui adores ça. Moi qui pensais attendre ton papa, finalement c’est Goyave qui avait raison. Le soir, tu étais tellement mal que tu as pris un biberon dans mes bras et au dodo. Papa ne t’a même pas vu soufflé tes bougies.

Nous avions prévu de faire un joli repas d’anniversaire avec la famille et les parrain/marraine. Ta fièvre ne baissant pas, nous avons décidé le vendredi matin, d’annuler le repas prévu le dimanche midi. Et finalement, Bébé Litchi a été hospitalisé le vendredi soir, pour tout le week-end.

Bref, cette année, on a complètement raté ton anniversaire. Tu n’as d’ailleurs toujours pas eu tes cadeaux.  L’inconvénient de naître en décembre, c’est que Noël arrive vite derrière et on a du mal à recaler une date pour fêter ça comme tu le mérites. Mais on va se rattraper, c’est promis !

 

Je suis si fière d’être ta maman ! Joyeux anniversaire mon Kiwi !

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 thoughts on “Petit Kiwi a 2 ans

Laisser un commentaire

Back To Top