jeudi, octobre 24, 2019
Allaitement Grossesse La Graine Litchi

La naissance de Litchi 2/2

La première partie est ici.

13h45 : Arrivée à la maternité. Une bonne contraction à l’accueil lorsqu’on fait l’admission, puis une autre lorsque l’auxiliaire m’accompagne dans une salle d’examen. La sage-femme arrive en 5 minutes et m’examine aussitôt: « 8cm, on passe en salle de naissance tout de suite ». Je suis contente d’échapper au protocole des 30 min de monitoring en salle d’examen. Elle me demande si je souhaite une péridurale, je réponds qu’à la base non mais que là, je ne sais plus trop. Elle conclut qu’on continue comme ça pour le moment. Elle veut m’emmener en fauteuil roulant, je lui dis que je préfère marcher. Elle est d’accord mais me demande de ne pas rompre la poche des eaux en chemin pour ne pas tomber (en passant, j’avais pas trop de contrôle là dessus!).

14h : Installation en salle de naissance. Ce n’est pas la même salle que pour Goyave ou pour Kiwi, nouvelle histoire. Léger regret de ne pas être en salle nature mais à priori les deux sont occupées. Et officiellement, je n’y ai d’ailleurs pas le droit avec mon antécédent de césarienne. Transmissions à l’équipe de salle de naissance : « Troisième pare, 8cm, projet d’accoucher sans péridurale ». En moins de 10 min, la sage femme pose la perfusion, le monitoring pour les contractions et le coeur du bébé. Puis elle repart en disant qu’elle est désolée mais qu’elle ne peut pas rester car le service est plein, de l’appeler si besoin.

14h15 : J’alterne ballon et position debout. Nous avons mis un peu de musique. Mr Papaye continue les point dans le dos à chaque contraction mais je trouve ça, finalement, moins efficace que pour Goyave et Kiwi. Pendant la contraction, il m’encourage en me disant que ça va redescendre. Entre deux contractions, il me fait quelques massages qui m’aident à me détendre.

15h30 : Ça devient vraiment dur et j’ai envie de faire pipi. Je n’ose pas appeler alors j’arrache le monitoring et vais aux toilettes. Les contractions sont difficilement gérables et j’ai du mal à continuer à bien respirer pendant. Quelques cris m’échappent. Je dis une ou deux fois que je n’y arriverai pas et aussi que j’ai peur du moment de la poussée. Alertée par la sonnerie du monitoring, la sage femme revient et propose de me réexaminer. Je suis d’accord, j’ai besoin de savoir où j’en suis. Je m’installe sur le lit, allongée sur le côté. Dilatation complète et bébé a commencé à descendre. Elle me demande si je sens que ça pousse et je dis que non. Elle me propose de rester un peu dans cette position en remontant une jambe mais je ne suis pas à l’aise. Je m’installe à genoux, les bras appuyés sur le dossier du lit. Je demande si il faut rompre la poche des eaux pour en finir plus vite. La sage femme dit qu’on peut mais que les contractions risquent d’empirer encore. On décide d’attendre encore un peu. La sage femme repart en nous disant d’appeler si je sens que ça pousse. Contraction suivante extrêmement douloureuse, je hurle pour la première fois. Je ne gère rien du tout. Sensation franche que ça pousse tout seul. Clairement, on a du m’entendre de loin car la sage femme, son élève et l’auxiliaire reviennent aussitôt. Elle dit « il faut m’appeler quand c’est comme ça! ». Ah, ah, c’est la première fois que je ressens cette sensation et que j’ai aussi mal mais on aurait appelé une fois la contraction finie, on a juste pas eu le temps !

Elle me réexamine et dit que le bébé arrive, d’accompagner la poussée et de ne pas résister. Elles s’installent à toute vitesse. A chaque contraction, cette sensation de poussée. Je crois que je résiste un peu au départ, je me sens dépassée et je crie quand la douleur est trop forte. Puis je plonge dedans et pousse avec la contraction. La poche des eaux se rompt (enfin) et la table est inondée. Je ne sens pas vraiment le cercle de feu dont j’avais entendu parler au moment du passage de la tête. Je sens que ça s’agite derrière moi. J’apprendrai après que la tête et une épaule étaient sorties mais qu’elles avaient l’impression que la seconde épaule était mal positionnée. Elle appelle la gynéco et l’interne de garde qui étaient juste à côté mais je ne les entends pas ni ne les vois entrer puisque je tourne le dos à la porte. La gynéco me confiera ensuite qu’elle n’a pas su quoi faire sur le coup, la position à genoux ne lui étant pas du tout familière, elle ne retrouvait plus ses repères. Pendant ce temps, la sage femme manipule un peu la tête et me demande de pousser tout de suite, sans attendre la contraction, pour aider l’épaule à sortir. Je lui dis que c’est dur sans contraction puis je pousse de toutes mes forces.

15h58 : Mon bébé est né! Je me retourne et j’aperçois ce gros bébé tout trempé, je vois que c’est un garçon. Litchi !

L’équipe me réinstalle sur un drap sec et je m’allonge sur le dos pour prendre mon bébé. Je suis tellement heureuse de l’avoir enfin dans me bras. On se regarde avec Mr Papaye et je vois dans ses yeux qu’il est fier de moi. J’ai un peu de mal à réaliser qu’il est là, mon Litchi, et je lui souhaite la bienvenue dans notre famille.

Expulsion du placenta en poussant une dernière fois, presque 1 kg !

Puis long peau à peau et première tétée, je profite à fond de ces tout premiers instants et j’admire mon bébé.

L’équipe commence les paris sur le poids de Litchi. C’est l’aide soignante, qui le pèse, qui a fait l’estimation la plus haute : 4kg700. Les autres disent qu’elle exagère. Finalement, elle laisse Mr Papaye annoncer tout haut le poids de son fils : 4kg925. On nous avait annoncé un gros bébé, entre 4kg2 et 4kg6 à terme mais là, je n’en reviens toujours pas.

Puis Litchi est installé en peau à peau avec son papa pendant que la gynéco me suture. Avec en prime, une rachianesthésie pour que cela ne soit pas douloureux en l’absence de péridurale. Un comble d’accoucher sans, pour finir avec une rachianesthésie après la naissance.

20h : Toujours en salle de naissance. Le changement d’équipe a eu lieu mais il y a toujours autant de travail dans les salles de naissance. Mr Papaye part récupérer les enfants chez nos amis. Et moi, je câline mon Litchi.

21h : Je monte enfin en chambre pour la première nuit en tête à tête avec mon bébé. Mais avant ça, je dévore le plateau de la maternité et mes petites réserves personnelles. Une dernière tétée et dodo pour tous les deux.

Le lendemain, c’est la rencontre avec les grands et la négociation avec l’équipe pour rentrer à la maison ! Je vous raconte tout ça la prochaine fois.

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 thoughts on “La naissance de Litchi 2/2

  1. C’est moche, mais la première chose que j’ai fait après ma pause dej’ ça n’a pas été me remettre au travail mais te lire !
    Il fallait absolument que je connaisse la suite de cette belle naissance !
    J’ai adoré lire ton billet, c’est un accouchement merveilleux et physiologique qui fait rêver bien des femmes. Si j’avais un autre enfant un jour, je veux le même. Merci pour ce beau partage !

  2. Quelle jolie naissance! Franchement félicitations d’avoir fait naître un bébé de ce gabarit sans péri (je suis une petite joueuse avec mes loulous de 2,8 et 3 kg 😂). Belle vie à ce beau Litchi!

Laisser un commentaire

Back To Top